Mon vision de la daïmonologie

Le daïmôn exploré dans la trilogie “A la croisée des mondes” de Philip Pullman

Depuis la nuit des temps, les cultures ont développé leur daïmonologie, à savoir une expérience supra naturelle dont l’apparition peut signifier pour l’être humain une rencontre avec son propre destin (esprits, anges, génies, djinns…). Il s’agit d’une dimension humaine essentielle que beaucoup de romans et histoires en tous genres ont exploré. Je pense à la trilogie “A la croisée des mondes” du genre fantasy écrite par le romancier britannique Philip Pullman, ou à “Azur et Asmar” de Michel Ocelot. Le “daïmôn” est un terme grec inventé par Socrate, qui n’a rien d’une puissance démoniaque. Il est plutôt une divinité intérieure, un génie personnel clairement associé à la partie supérieure de l’âme. C’est en prenant soin de son daïmôn que l’être humain peut acquérir le bonheur… C’est en d’autres termes un régulateur de la personnalité. Un peu comme les djinns le sont dans la culture musulmane. Ce sont des créatures surnaturelles vivant parallèlement à nous, généralement invisibles, qui peuvent prendre différentes formes (végétale, animale…). Certains sont des muses pour les poètes et les artistes. Bons ou mauvais, ils sont capables d’influencer spirituellement et mentalement le genre humain.

Avec une approche très personnelle, j’ai exploré ce que pouvait être le daïmôn d’Anicha, celle qui rencontre Le scarabée bleu
Si vous avez des exemples en tête de daïmôns en tous genres, faites moi signe! Je suis loin d’avoir fini d’explorer le sujet.

2 réflexions au sujet de « Mon vision de la daïmonologie »

  1. Bonjour Emmanuelle,
    J’ai raté le rdv de la boîte à livre à Tours.
    Hâte de commencer la lecture du roman
    Bien à vous

  2. Bonjour j’espère vous retrouver à l’occasion d’autres signatures. Je reviens à Tours à la rentrée. En attendant, je vous souhaite une belle lecture estivale. Emmanuelle

Les commentaires sont fermés.