Oser la créativité pour trouver ses couleurs

Encore une fois, je plonge dans un thème qui me semble porteur aujourd’hui plus que jamais : la créativité. Pourquoi ? Parce qu’elle est la base d’une façon de vivre en harmonie avec la nature, soi et les autres. Pour innover, inventer, faire émerger de nouvelles idées, nous faire rêver. Je m’adresse ici aux artistes, mais plus largement à ceux qui aspirent à faire jouer leur musique intérieure, à travers leur art certes, mais aussi à travers leur entreprise, leur famille, leur passion. 

Une bible, un voyage

J’ai ouvert il y a quelques années un livre, pour ne plus jamais le refermer: « Libérez votre créativité » ou encore « The Artist Way », de Julia Cameron. Il m’a montré le chemin que j’explore depuis chaque jour de ma vie.

Il y a tout juste cinq ans, je ne savais pas encore que j’allais vivre une véritable révolution intérieure. The Artist Way était là, sur la route, fruit du non-hasard. Je l’ai dévoré d’un trait, j’ai remercié le ciel qu’un tel livre ait été écrit. Puis je l’ai relu, suivant l’initiation proposée par l’auteure, pour reconquérir ma force créatrice. Parsemé de citations du genre « Pourquoi devons-nous tous utiliser notre puissance créatrice ?… Parce qu’il n’y a rien qui ne rende les gens plus généreux, si gais, si vivants, si hardis et si compatissants, si indifférents à la guerre et à l’accumulation d’objets et d’argent » (Brenda Ueland), j’ai senti comme un appel. Le mot est fort, mais il est juste. C’est ainsi que je me suis reconnectée avec ce qui sommeillait en moi depuis l’enfance. Grâce à une méthode minutieuse d’une durée de trois mois, j’ai débroussaillé, défriché, enlevé l’enduit qui me coupait de ma source créatrice. Les pages du matin par exemple consistent à écrire chaque jour trois pages de façon spontanée, sans penser à plaire à un possible lecteur. Ici tout peut être dit, écrit automatiquement, en lâchant prise. Et c’est là que la magie opère. On se surprend à laisser courir la plume sur le papier avec une indépendance d’esprit insoupçonnée. Sur la feuille blanche, de jour en jour, se met à nu un moi pur, lavé de ce qui ne lui appartient pas. S’il y avait une chose à retenir de ce livre, c’est cette invitation à faire un voyage en sa propre compagnie. Une fois les choses livrées dans son carnet, on se sent plus léger et disposé à bâtir son intérieur plus solide, plus vrai. On y voit tout simplement plus clair. Bien sûr, d’autres livres sont parus sur la question (en psychologie narrative notamment), mais aucun n’arrive à mes yeux à la cheville de The Artist Way.

De la créativité à l’art… de vivre

J’en viens à l’art de vivre, non pas comme on l’entend habituellement, mais comme une invitation à devenir plus authentique, en laissant s’exprimer une part de soi laissée de côté à cause d’un manque de temps, de l’éducation, ou par peur tout simplement. Le monde a besoin d’individus qui ont le courage d’être eux, et non pas ce qu’on attend d’eux. Ce n’est pas un chemin toujours facile, mais il est assurément exaltant. Et ce livre est un moyen parmi d’autres de s’y aventurer.

The Artist Way m’a par exemple lentement mais sûrement amenée à écrire et publier un conte, Le scarabée bleu. Cette histoire a surgi à la suite d’épreuves de vie et une période bien étrange de mon itinéraire : alors que je donnais naissance à mon deuxième enfant en 2010, mon frère disparaissait trois semaines après. La plus grande joie mêlée à un immense chagrin. Et la vie avait décidé que ce n‘était pas suffisant. Mon mari a vécu une sorte de big bang qui l’a amené à trouver son chemin de vie. Ce qui, de mon côté, m’a portée vers ce que je nomme des chercheurs d’équilibres, des personnes qui m’apparaissaient comme des phares, que j’ai interrogées sur la manière dont elles ont dépassé les épreuves. Ainsi je me suis appuyée sur des paroles de vérité et j’ai petit à petit trouvé la mienne, le plus souvent à travers l’écriture et la communication, mes univers de prédilection. Je me suis aussi appuyée sur des mentors, un soutien qui n’a pas  de prix.

La femme en apparence si douce que j’étais depuis toute petite s’est révélée être une combattante pour la vie. Aujourd’hui, mon mari n’est plus l’homme qu’il était. Il a connu une renaissance et notre famille avec lui. Finalement, cette souffrance fut en fait un cadeau de la vie : mes connaissances et compétences se sont renforcées et mes perceptions sont simplement plus fines. En un mot, ma vie a pris tout son sens. Cinq ans après ces événements, je peux désormais en parler, témoigner, et transmettre un savoir bien singulier. Car « il n’y a rien à craindre, il y a juste à comprendre » (Marie Curie).

Pour approfondir la question, vous pouvez aussi lire mon précédent article La créativité, les mots, la magie, basé sur le dernier livre d’Elizabeth Gilbert.

 

 

 

 

4 réflexions au sujet de « Oser la créativité pour trouver ses couleurs »

  1. Oui Emmanuelle cela fait vraiment du bien de libérer notre créativité, de rentrer en contact avec cette partie profonde et vivante en nous !!! Parfois, il faut des épreuves avant d’aller la contacter! Mais n’attendons pas cela, OSONS CRÉER CE QUI NOUS TIENT LE PLUS À COEUR!
    J’ai hâte de lire “le scarabée bleu »…..
    leila
    http://www.leila-et-lepiaire.com

Les commentaires sont fermés.